Depuis que je pratique le Chamanisme, pour moi-même mais aussi en tant que formateur et accompagnant (pour plus d'information sur moi, consulter ma page à propos), je rencontre beaucoup de personne avec des idées reçues. Le Chamanisme fait peur et on trouve encore des croyances négatives et limitantes sur ce sujet ! Il est important pour moi de vous montrer que le chamanisme n'est pas quelque chose de sombre ni réservé à des élites.

C’est l’idée reçue la plus fréquente que je rencontre : le chamanisme c’est prendre des plantes hallucinogènes. Ce n’est pas 100% vrai. Pour pratiquer le chamanisme vous n’êtes pas obligé.es de consommer des plantes hallucinogènes. Cette pratique est retrouvée dans plusieurs tribus, et traditions chamaniques, mais il en existe d’autres !

La prise de plante hallucinogène permet au chaman et à ceux qui en prennent de rentrer dans un état de conscience modifiée / élargie. Dans cet état leurs perceptions sont augmentées, et ils peuvent communiquer avec des forces alliées : esprits de plantes, d’animaux etc.

Mais il existe aussi, beaucoup d’autres pratiques chamaniques, où il n’y a pas besoin de consommer de plantes. Cet état de conscience élargie, peut s’obtenir par exemple avec le rythme répété d’un tambour ! En effet, lorsqu’un praticien en chamanisme, accompagne un groupe ou une personne en jouant du tambour, il permet à l’autre d’accéder à un état de conscience modifiée. La personne peut alors percevoir son animal totem, l’esprit d’un arbre ou d’un lieu etc… Cela se nomme, le voyage chamanique, au son du tambour (si vous voulez apprendre cette technique, je l'enseigne dans mon stage d'initiation au Chamanisme). C’est une technique sans danger, quand elle est accompagnée correctement, et il n’y a pas d’impact négatif sur le corps physique.

Le chamanisme n’est pas uniquement basé sur l’état de conscience élargie. Des pratiques comme la danse, le chant, faire un autel, créer un mandala en nature, réaliser un élixir, bruler des plantes ou de l’encens… sont aussi des pratiques chamaniques !

Ces derniers temps, je remarque que beaucoup de personnes, associent le chamanisme aux amérindiens et à l’Amérique du sud. Certains affirment même, que si vous n’êtes pas amérindiens ou si vous n’avez pas été initiés par un chaman du continent américain, vous ne pouvez pas pratiquer le chamanisme.

 Pourtant l’origine du mot « chamanisme » nous donne une toute autre vérité. Le mot « chamanisme » est un mot qui a été créé par…les anthropologues, pour désigner toutes les pratiques de reliance à la Nature qui nécessitent des rituels, le chant, la danse, l’utilisation de plante et un état de conscience élargie par exemple. En fait, le mot « chamanisme » est issu du mot « Chaman », mot qui nous vient des Tungus, une tribu de Sibérie !! Donc, non seulement le chamanisme n’est pas associé seulement aux amérindiens, mais ce mot est une création moderne des anthropologues, par l’utilisation d’un mot de…Sibérie. Pour les anthropologues, le chamanisme et le chaman, sont des mots qui s’appliquent à toutes les pratiques réalisées sur le globe terrestre !

 Le chamanisme n’est donc pas rattaché à un continent, une tribu ou un pays. C’est un ensemble de pratiques que l’on retrouve partout…comme un patrimoine de l’humanité.

La pratique du chamanisme n’est pas réservée à une élite. Pratiquer le chamanisme c’est apprendre à se reconnecter à la Nature de manière spirituelle et énergétique. C’est réaliser des rituels, des chants et des danses. C’est apprendre, à rentrer en contact avec les champs de conscience, et d’énergie des plantes et des animaux. C’est donc des pratiques que tout le monde peut faire !

 Bien entendu, le chamanisme repose sur certaines « qualités » : avoir de l’intuition, apprécier la beauté et la symbolique, connaître des rituels, s’autoriser à agir « sans comprendre », savoir pratiquer le voyage chamanique etc. Mais ces qualités…peuvent s’apprendre ou plutôt se ré-apprendre. Je pars du principe qu’à la naissance et durant l’enfance, votre lien à la Nature et vos capacités magiques sont à 100%. Puis, avec l’éducation, la société, les traumatismes, vous vous coupez de ses mondes subtils. La pratique du chamanisme permet justement de retisser ce lien vers la Nature, vers votre intuition, vers votre magie et votre puissance.

Le chaman utilise les pratiques chamaniques pour aider sa tribu. C’est donc un contexte très particulier. Il aide pour trouver des proies lors de la chasse, pour trouver des plantes ou de la nourriture, il est également guérisseur et guerrier-stratège. C’est une manière de pratiquer le chamanisme, mais il n’est pas le seul à pouvoir le faire !

Vous pouvez pratiquer le chamanisme pour vous: pour en apprendre plus sur votre inconscient, pour gagner en puissance, pour résoudre une problématique, pour reconnecter votre créativité, pour vous relier à la beauté du monde, pour dépasser un blocage, pour célébrer une victoire ou pour guérir d’un deuil etc…

Il est vrai que dans certaines tribus, le chamanisme est utilisé dans les cas de possessions ou de mal-être du à des « entités », le chaman peut alors extraire l’entité par ce qui s’appelle un dégagement. Il peut par exemple réaliser une extraction de l’entité en « aspirant » cette dernière dans des cristaux. Il peut aussi faire appel à son animal totem etc…

Mais le chamanisme ne se limite pas qu’à cela. C’est une puissante pratique de « guérison » sur différents plans. C’est ce que j’appelle l’accompagnement chamanique ou de thérapie chamanique. L’idée est, d’utiliser des techniques issues du chamanisme pour accompagner l’autre dans des problématiques. La technique la plus utilisée, est le voyage chamanique. Quand un praticien en chamanisme se met en état de conscience élargie, il peut « scanner » toutes les dimensions de la personne. Il voit ainsi quels sont les blocages : est-ce que c’est une problématique émotionnelle ? Est-ce que il y a un schéma transgénérationnel ? Avons-nous un traumatisme ? Une fois ce « diagnostic » réalisé, il va pouvoir appeler un esprit allié : une plante, un animal, un élément etc… pour venir « guérir » au niveau des différents corps énergétiques, et le corps physique. La thérapie chamanique peut donc être, au niveau énergétique, mais il peut y avoir de l’échange pour parler d’un traumatisme. Le praticien peut aussi apposer des pierres, réaliser une fumigation ou donner des exercices-rituels à réaliser inspirés par l’esprit allié qui est venu pendant la séance.

Cette vision est donc très éloignée du dégagement d’entité, qui existe aussi. Le chamanisme permet alors de recevoir un « soin » énergétique ou de faire une séance de développement personnel. La différence, c’est que le « soin » n’est pas réalisé selon un protocole ou un livre humain, c’est l’esprit de la Nature qui donne les conseils et qui agît ! Le praticien ne fait que « regarder ». De plus, le « soin » n’est qu’une rencontre, il est très important que la personne accompagnée, pratique par elle-même par la suite les rituels, pour tisser des liens avec son allié de puissance.

Une chose est sûre : dans notre société moderne nous sommes très déconnectés de la Nature et nous avons parfois un confort très superficiel !
Il est donc important de pouvoir, de temps en temps aller se poser en Nature, se balader etc. Et il est également intéressant de savoir s’adapter, sortir de sa zone de confort et apprendre à vivre parfois dans des conditions plus « difficiles » que dans notre quotidien. En revanche, pour pratiquer le chamanisme, il n’est pas obligatoire de se retrouver en pleine nature, dans un groupe et de « galérer » à fond. Ce n’est pas cela qui va rendre votre pratique chamanique plus efficace !

Le chamanisme est avant tout un voyage intérieur, les difficultés rencontrées sont en vous. Rien ne vous oblige à en rajouter des couches en vous imposant des choses dures et douloureuses au niveau physique. Ce n’est pas quelque chose d’adapter à notre société et à notre psyché.

En ce qui concerne la Nature, tout d’abord, cette dernière est partout : en ville on trouve des arbres, il y a des plantes qui poussent même à travers le béton etc. On peut donc se relier à la Nature où l’on veut et quand on veut ! Deuxièmement, dans le chamanisme c’est aux esprits de la Nature qu’on se connecte ; ces derniers sont des énergies, des champs de conscience, ils ne sont pas localisés à un endroit précis ! Et troisièmement, le chamanisme permet de faire du bien « autour de soi ». Il est avéré, que les personnes vivant en ville, ont souvent du mal-être. Pratiquer le chamanisme dans les villes, permet aux énergies de la Nature, d’être canalisées à ces endroits…et donc de faire du bien aux gens qui y vivent ! Le chamanisme peut donc se faire partout.

 En ce qui concerne la pratique en groupe, elle est effectivement importante et très puissante. Mais là encore, ce n’est pas obligatoire. Vous pouvez pratiquer le voyage chamanique seul.e, après avoir été initié.e par exemple. Quand vous réalisez un autel chamanique, cela peut se faire seul.e. Vous pouvez très bien faire vos rituels en solitaire. Vous pouvez aussi vous mettre en lien avec un arbre sans avoir besoin d’un groupe. Il y a de nombreuses pratiques chamaniques que vous pouvez faire seul.e ! L’essentiel est de vous autoriser à échanger avec d’autres pour avoir un regard extérieur, et partager les différentes expériences. Même si vous pouvez pratiquer seul, l’apprentissage est un processus qui nécessiter des interactions et des échanges.